S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

Le nom de Belœil a 300 ans!

L'origine et la signification du nom Belœil a toujours été un sujet de discussion chez les amateurs d'histoire de la région, d'autant plus que cela se greffe sur les chicanes entre les Belœillois et les Hilairemontais sur le nom que devrait porter la colline d'en face, mont Saint-Hilaire ou préférablement, comme le pensent encore bien des Belœillois, mont Belœil, un nom que la colline a porte tout au long du siècle dernier. Mais c'est là un sujet assez délicat, on s'en doute!

Il y a deux hypothèses sur l'origine du nom Belœil.

La première date de près d'un siècle. On a alors découvert qu'il existait en Belgique un petit village du nom de Belœil (il n'y a aucun Belœil en France). L'endroit est réputé pour son très ancien château; le château de Belœil est sur plusieurs circuits touristiques et des Belœillois du Québec se sont d'ailleurs rendus sur place au cours des dernières années.

À l'époque de nos origines, Jean Talon avait précédemment été intendant du Hainaut, en Belgique, où se trouve le village de Belœil, avant de devenir intendant de la Nouvelle-France. De là à penser qu'il avait suggéré que l'on donne ce nom de Belœil à notre seigneurie, il n'y avait qu'un pas que plusieurs ont facilement fait. Malheureusement, Jean Talon a quitté la Nouvelle-France en 1672, 22 ans avant la concession de notre seigneurie de Belœil. Le rapport entre Jean Talon et notre Belœil est archi mince.

L'hypothèse du Belœil belge s'est aussi basée sur le fait qu'un important explorateur de l'époque était le récollet Jean Louis Hennepin, originaire du Hainaut où se trouve le Belœil belge. Comme les Récollets ont enseigné à Trois-Rivières lorsque Joseph Hertel était enfant (vers 1780), ne se pourrait-il pas qu'Hennepin ait parlé de ce Belœil belge à la famille et qu'on se soit servi de ce nom 14 ans plus tard lors de la concession de notre seigneurie? Difficile...

L'argument le plus récent est qu'il y eut vraiment un habitant du Belœil belge qui vint en Nouvelle-France. Il s'appelait Nicolas Baudouyn et il mourut à La Rochelle en 1617 avant même la venue de Champlain en Nouvelle-France et 77 ans avant la concession de notre seigneurie de Belœil. Encore ici, le lien est difficile à établir.

L'autre hypothèse, au moins tout aussi ancienne que la première, rattache le nom Belœil au coup d'œil que l'on a de la colline, de la plaine ou même du lac Hertel un « bel œil » bleu au centre de la montagne. C'est un rapport qui s'appuie sur des documents et des circonstances historiques.

Il y a plus d'un siècle, le seigneur de Rouville, Bruce Campbell, à qui l'on avait demandé s'il savait quelque chose de l'origine du nom Belœil, fit des recherches dans les archives seigneuriales de la famille de Rouville et révéla qu'il avait trouve l'explication au nom Belœil : en 1693, six mois avant la concession des seigneuries de Belœil et de Rouville Jean-Baptiste Hertel montait au sommet du mont Saint-Hilaire et devant la beauté du panorama (ou peut-être du lac Hertel) il s'écriait « Quel bel œil! ». D'où le nom Belœil donné à la seigneurie.

Cette explication a suscité du scepticisme chez certaines personnes. Pourtant, on n'a qu'à consulter des dictionnaires détaillés pour se rendre compte que les mots « bel œil » peuvent s'appliquer à des objets qui ont un bel aspect, une belle apparence.

Ce qui est le plus intéressant dans toute cette histoire de l'origine du nom Belœil c'est que c'est le premier seigneur de Rouville qui a choisi le nom de Belœil et qu'il a donné ce nom de Belœil aux deux seigneuries de Belœil et de Rouville. Pendant plusieurs années, la seigneurie de Rouville fut désignée sous le nom de Belœil.

Comme on le voit, Belœillois et Hilairemontais sont intimement liés par leurs origines...

 — Pierre Lambert, 1994
Le château de Belœil, en Belgique. SHBMSH, fonds Pierre-Lambert.
Le château de Belœil, en Belgique. SHBMSH, fonds Pierre-Lambert.

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier